Les œufs « Tonton Paul »

Je reviens d’un brunch chez Monica et pour l’occasion, nous avons mangé des œufs « Tonton Paul ». Cette recette me vient de Carine, une amie ostéopathe qui, il y a quelques années, m’avait invitée à venir terminer l’été dans sa nouvelle patrie, en Corse. Je me souviens très bien du jour où Carine nous a préparé ses œufs, dits « Tonton Paul ». De simples œufs à la coque, juste un peu réinventés. Une recette simple, à la fois classique et totalement originale comme je les affectionne, qui lui avait été confiée par Ève, son amie de toujours, qui elle même la tenait de son Tonton Paul, le fameux. La voici pour vous aujourd’hui avec un énorme big up à Carine, à laquelle je pense souvent mais que je n’ai pas vue depuis bien longtemps.

oeufs-tonton-paul-1_0130

C’est une recette qu’on peut très facilement préparer juste pour soi, je vous fais donc part des quantités pour 1 personne qui sont bien entendu à multiplier en fonction du nombre de mangeurs.

Pour 1 personne

  • 2 œufs ultra-frais de poule élevées en plein air et en liberté, bio de préférence
  • 1 tranche de pain de campagne frais, bio de préférence
  • 1 cuiller à soupe d’huile d’olive
  • Une branche de thym frais
  • Quelques cristaux de sel de Guérande
  • Du poivre du moulin

Selon la recette originale, faire cuire les œufs à la coque, c’est à dire 3 minutes montre en main après l’ébullition. Personnellement, comme j’ai horreur du blanc d’œuf un peu cru, encore baveux, je les laisse toujours quelques secondes de plus pour que le blanc soit presque celui d’un œuf mollet.
Pendant que les œufs cuisent. Mettre dans le fond d’un bol une belle tranche de pain coupée en petits dés. Effeuiller par dessus une petite branche de thym frais et arroser le tout d’une cuiller à soupe d’huile d’olive.
Lorsque les œufs sont prêts, casser le haut de la coquille à l’aide d’une cuiller à café, récupérer le jaune et le blanc avec la cuiller afin de les verser sur le pain, dans le bol. Vous me suivez ?
Saupoudrer de quelques cristaux de sel de Guérande et donner un ou deux tours de moulin à poivre. Déguster à la petite cuiller pendant que c’est chaud.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *