Taboulé sans comparaison

Aujourd’hui Seb et Myrtille partaient rejoindre Armelle à Paris. Pour notre dernier déjeuner ensemble, j’ai préparé une de mes recettes préférées de Seb, le taboulé.
Je n’ai pas honte de le dire, sans aucune modestie, je suis la reine incontestée du taboulé. Quand vous aurez gouté le miens vous comprendrez la différence incommensurable qui existe entre celui-là et tous ceux que vous avez pu manger auparavant. Seb vous le confirmera, il en est dingue. L’essayer c’est plus que l’adopter, c’est ne plus pouvoir, jamais, en manger un autre… Je vous le promets !
Je me dépêche de vous livrer ma recette avec mes petits secrets pour que vous puissiez vous y coller au plus vite et constater que je ne raconte vraiment pas n’importe quoi.

taboule_0088

Pour (1 personne addict ou) 3 à 4 personnes normales :

  • 1 verre de semoule
  • 15 cm de concombre épépiné (ou de courgette crue, au choix)
  • 1 poivron rouge
  • 3 à 4 petites tomates ou une douzaine de tomates cerise
  • 10 cm de branche de céleri
  • 1 demi pomme verte avec sa peau
  • 50 g de raisins secs
  • 1 oignon rouge
  • 4 à 5 cuillers à soupe d’huile d’Olive
  • 2 petits citrons verts bien juteux
  • 1 grosse poignée de feuilles de menthe
  • 1 de coriandre fraiche
  • 1 de persil plat
  • Sel
  • poivre

Pour en faire un plat complet, je conseille de le compléter avec de petits dés de feta et des olives noires grossièrement hachées.

Laisser refroidir la semoule cuite dans le saladier que vous utiliserez. Une fois qu’elle est à température ambiante ajouter tous les ingrédients un par un.
Je commence, pour parfumer la semoule, par l’oignon et les herbes, hachés très fin. J’ajoute ensuite  le céleri coupé en minuscules petits dés. Puis, j’épépine les tomates et je les coupe aussi en tous petits morceaux. Idem pour la chair du poivron et celle du concombre. Je mélange à chaque fois que j’introduis un nouvel ingrédient. Je termine avec les raisins secs (que je peux légèrement réhydrater dans un peu d’eau chaude mais pas bouillante en les séchant ensuite) et la demi pomme verte dont j’ai gardé la peau.que je coupe également en tous petits dés…
A ce stade, au dessus du saladier rempli de tous les ingrédients, je presse à fond les citrons entre mes doigts pour faire tomber un peu de pulpe au passage. J’ajoute l’huile d’olive. Généreusement. C’est ce qui fait quasiment toute la différence car un taboulé sec, c’est une punition.
Je sale, je poivre. A vous de voir pour les quantités, ajustez en goûtant. Moi, vous le savez j’aime quand c’est bien salé, poivré.
Voilà, il n’y a pas plus simple. Ce qui fait toute la différence c’est de mettre peu de semoule, d’associer des ingrédients croquants à d’autres plus moelleux, la saveur et le sucré de la pomme en plus des raisins, le céleri, que vous pouvez remplacer par du fenouil si vous préférez – ce que je fais parfois. Et surtout, l’abondance de jus de citron, d’herbes fraiches et d’huile d’olive, il ne faut pas lésiner.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *